Communiqués de presse

Des économies irrationnelles dans le budget des soins de santé

Téléchargez le communiqué de presse en PDF

Couper à l'aveugle est suicidaire !

Bruxelles, le 18 octobre 2016 – Les économies annoncées dans les soins de santé vont asphyxier toute réelle innovation dans le secteur, en particulier dans les pharmacies, qui sont visées de manière disproportionnée par les efforts budgétaires à réaliser. Voilà pourquoi l'APB s'insurge et rejette avec force les mesures du gouvernement qui menacent la qualité de nos soins de santé.

Ce lundi, les mesures d'économies budgétaires prévues dans les soins de santé ont été soumises au Conseil Général de l'INAMI. S'élevant à plus de 900 millions d'euros, ces économies représentent près d'un tiers des efforts à réaliser. C'est, à tout le moins, excessif pour un secteur qui va devoir répondre aux nouveaux besoins générés notamment par le vieillissement de la population. Par la suppression pure et simple de près de 5% de sa rémunération globale sur les médicaments, le pharmacien doit, quant à lui, contribuer de manière totalement disproportionnée aux efforts à réaliser.

Pour l'APB, cette ponction supplémentaire sur le budget alloué aux pharmacies – qui vient s'ajouter au saut d'index partiel sur les honoraires – est totalement inacceptable, car elle hypothèque gravement les initiatives prises dans notre secteur pour développer le rôle de prestataire de soins du pharmacien et renforcer les soins pharmaceutiques en vue d'améliorer le bon usage des médicaments, la littératie en santé et l'adhésion thérapeutique aux traitements. Autrement dit, ces nouvelles mesures d'économies auront un impact négatif substantiel tant sur la qualité de vie des patients que sur les dépenses futures en soins de santé.

Des innovations menacées d'asphyxie !

Inacceptables, ces mesures sont également totalement incompréhensibles pour les pharmaciens, car elles interviennent alors même que le secteur est engagé dans des négociations constructives avec le cabinet de Maggie De Block en vue de conclure un cadre pluriannuel. Un cadre dont l'ambition est précisément de faire évoluer progressivement la mission et la rémunération des pharmaciens afin de leur permettre de mieux répondre aux besoins de la société, tout particulièrement dans le contexte des soins intégrés multidisciplinaires en faveur des malades chroniques.

L'APB rejette donc avec force ces nouvelles mesures qui témoignent d'une vision très court-termiste du budget des soins de santé. En privant notre secteur d'une partie des moyens destinés au financement de nouveaux services en pharmacie, le gouvernement envoie également un très mauvais signal aux pharmaciens, et ce, alors même que ces derniers multiplient les initiatives concrètes visant à développer et proposer des solutions durables susceptibles de contribuer à la qualité et à l'accessibilité des soins dans notre pays.

 

Voir aussi

  • Pharmacien de référence: pour un meilleur suivi des patients chroniques

    Depuis ce 1er octobre, dans toutes les pharmacies de Belgique, les patients atteints de maladie chronique peuvent choisir un pharmacien de référence...

    En savoir plus

  • Grippe & pneumocoques: les pharmaciens belges se mobilisent pour sensibiliser les personnes à risque

    Aujourd’hui encore, la grippe et les maladies liées aux pneumocoques représentent un problème majeur de santé publique. Mieux informer la population, en particulier les groupes à risque, peut contribuer à résoudre le problème...

    En savoir plus

  • Signature d’un « cadre pluriannuel » négocié par les pharmaciens avec Maggie De Block

    Le rôle clé du pharmacien dans la première ligne de soins confirmé et renforcé pour le patient

    En savoir plus