Relations Publiques

Testing COVID-19: les pharmaciens proposent leur soutien dans la gestion de la crise

​Bruxelles, le 3 novembre 2020 - Depuis avril, le secteur des pharmaciens propose son aide aux autorités du pays dans le cadre du dépistage de la COVID-19. Aujourd'hui, vu la saturation des hôpitaux et des laboratoires de biologie clinique, le secteur officinal propose une piste susceptible non seulement de soulager ces derniers, mais aussi de contribuer à la stratégie globale de lutte contre la COVID-19 en permettant notamment de tester une population qui n'a, pour le moment, pas accès au testing, à savoir les personnes asymptomatiques. Ceci est d'autant plus crucial qu'on sait désormais que 40 % des personnes positives à la COVID-19 ne sont pas ou peu symptomatiques, mais qu'elles propagent le virus.

Ce constat a amené la Commission européenne à recommander aux Etats membres l'utilisation des tests rapides. L'Académie Royale de Médecine s'est d'ailleurs prononcée en faveur de leur usage et la plupart des pays européens les ont intégrés dans leur stratégie, notamment au travers des pharmacies, un endroit toujours très accessible et connecté avec le système des soins de santé.

Les tests antigéniques sont rapides dans le sens qu'ils donnent un résultat en 15 à 20 minutes. De plus, ils ne nécessitent pas l'emploi de machines de séquençage réservées aux laboratoires de biologie médicale (PCR). Bien que moins fiables que les tests PCR au niveau de la sensibilité, ils sont moins coûteux, peuvent être réalisés à plus grande échelle et être déployés en pharmacie pour augmenter les capacités de dépistage et son accessibilité pour la population, pour autant que des tests fiables soient utilisés, que les résultats soient enregistrés puis relayés et que l'interprétation correcte sert à mieux assister les citoyens à appliquer le comportement adéquat. Un pharmacien est capable d'offrir tout ça !

L'APB et l'Ophaco suggèrent de s'inspirer de l'exemple des pays où ce dépistage rapide a déjà été mis en œuvre, sur base volontaire, en pharmacie afin de permettre de tester des personnes peu symptomatiques ou asymptomatiques qui, aujourd'hui, ne peuvent pas bénéficier d'un dépistage PCR. Leur proposition vise une mise en œuvre intégrée, concertée avec les médecins généralistes.

Les deux associations sont prêtes à discuter de cette perspective pour notre pays et se préparent à mettre en place cet offre.

​Contact pour la presse :

  • Alain Chaspierre, porte-parole APB : 0476664359 – alain.chaspierre@apb.be


  • © Copyright 2020
  • Association Pharmaceutique Belge
  • All rights reserved
  • Mentions légales