Communiqués de presse

Pour une automédication responsable et accompagnée

Bruxelles, 25 janvier 2021 – Face à la popularité croissante de l'automédication, aux dérives de la marchandisation, et pour en contenir les risques potentiels, l'Association Pharmaceutique Belge (APB) et l'Office des Pharmacies Coopératives de Belgique (OPHACO) invitent le monde politique à ouvrir le dialogue sur cette question d'intérêt général.

Téléchargez la version intégrale du communiqué de presse 

En Belgique, le recours à des médicaments et autres produits de santé[1] non soumis à prescription (NSP) est une pratique courante que la crise du coronavirus a largement renforcé. Or l'automédication dans des conditions ni connues, ni contrôlées par des professionnels de santé peut mener à des comportements dangereux, dont une consommation anarchique. D'où l'importance d'une automédication responsable et accompagnée par un pharmacien d'officine.

Conseils, sécurité, multidisciplinarité

L'automédication se réfère au comportement d'une personne qui décide de se soigner par elle-même. L'automédication accompagnée est un processus qui mène la personne à rechercher et recevoir une solution sécurisée par la médiation d'un pharmacien, dans un véritable parcours de soins.
Automédication et automédication accompagnée sont donc deux concepts fondamentalement distincts. Or, la marchandisation dominante les confond, et assimile ces NSP à des biens de consommation courants, relâchant l'attention nécessaire sur leur pertinence et leur bonne utilisation.

Professionnels de la santé disponibles et accessibles, les pharmaciens d'officine proposent, si besoin, un NSP adapté ou orientent vers un praticien qualifié. Ils encodent la dispensation des NSP dans le dossier pharmaceutique du patient et le cas échéant dans le schéma de médication pharmaceutique. Ils analysent la demande et prennent en compte les interactions, les contre-indications, les effets indésirables ou les risques liés à la polymédication. Fondés sur une expertise spécifique, ces conseils s'accompagnent d'une garantie de qualité des soins pharmaceutiques et de sécurité des NSP dispensés via le canal officinal. Une double garantie que seul le pharmacien est à même d'offrir à la population.

Les pharmaciens participent ainsi à une prise en charge intégrée, cohérente et efficiente, en lien avec le corps médical et dans le respect de la protection des données. En première ligne, ils sont la porte d'entrée la plus aisée dans notre système de soins et restent la référence pour répondre aux questions de la population et pour délivrer des NSP (voir chiffres clés).

Une opportunité sociétale & économique

Sur base des conclusions tirées de différentes études3,4,5, l'automédication peut avoir une valeur importante pour l'économie de la santé. Bien conduite elle permet de résoudre beaucoup de problèmes de santé mineurs sans mobiliser d'autres compétences. Mal conduite, elle peut avoir un coût immédiat pour le consommateur (produit non adapté, voir contre-indiqué, utilisation de plusieurs produits pour solutionner le problème, recours final à une consultation médicale) et la collectivité (problèmes liés aux médicaments, retard de diagnostic, interactions, …).

Pivot des soins pharmaceutiques, l'automédication accompagnée constitue aussi, et surtout, une garantie et une opportunité pour les patients, la santé publique et les payeurs sociaux, soulignent l'APB et l'OPHACO dans une note politique adressée au monde politique. ​

Pour garantir la qualité et la sécurité de la dispensation des NSP, les pharmaciens invitent le monde politique à ouvrir un débat d'intérêt général, pour une politique simple et cohérente, bénéfique pour la Santé Publique.

[1] Dispositifs médicaux, nutriments, denrées alimentaires, biocides, cosmétiques

​​

  • © Copyright 2021
  • Association Pharmaceutique Belge
  • All rights reserved
  • Mentions légales