Communiqués de presse

Transmission électronique de données dans le secteur de la santé: les patients pénalisés en cas de panne!

Bruxelles, le 8 septembre 2015 – En Belgique comme ailleurs, les prestations de soins s'appuient de plus en plus sur le partage et l'échange de données électroniques. A l'heure où la gamme de services offerts par la plate-forme MyCareNet s'enrichit et où la prescription électronique s'ancre progressivement dans les pratiques, il convient de rester très attentif aux risques liés à l'indisponibilité, même temporaire, des plates-formes techniques permettant la transmission de ces données.

Anticiper les futures évolutions

A terme, la dépendance totale des professionnels de santé vis-à-vis des flux électroniques pourrait avoir des conséquences désastreuses pour les patients en cas d'incident prolongé tel que celui vécu lundi dernier suite à la tentative de cyberattaque dont a été victime la plate-forme eHealth. Dans un scénario programmé de disparition complète de l'ordonnance manuscrite au profit de la prescription électronique, par exemple, les pharmaciens se verraient dans l'incapacité totale de délivrer le moindre médicament prescrit aux patients.

Prix plein en pharmacie : problématique pour les bénéficiaires du MAF

Le bon fonctionnement des plates-formes de transmission de données électroniques est critique pour le secteur de la pharmacie. En cas d'indisponibilité du système MyCareNet, par exemple, les pharmaciens sont dans l'incapacité de consulter les données d'assurabilité des patients. Le cas échéant, ceux-ci devront payer le prix plein pour leurs médicaments prescrits et se verront remettre un formulaire pour se faire rembourser par leur mutuelle.

Au-delà des difficultés qui peuvent rapidement devenir ingérables pour le pharmacien si l'indisponibilité se prolonge, cette situation est surtout problé-matique pour les patients les plus fragiles sur le plan financier. En effet, les informations liées à l'application du « Maximum à Facturer » (MAF) en pharmacie (le patient a-t-il ou non atteint le plafond des dépenses ?) sont également communiquées par le biais de MyCareNet.

On recherche : solutions structurelles

Aucun système de transmission de données n'est infaillible. C'est pourquoi l'APB appelle les autorités
et toutes les parties concernées à réfléchir ensemble à la mise en œuvre de solutions structurelles permettant de réduire au maximum les risques d'interruption de service et donnant aux prestataires de soins les moyens de remplir leurs missions au service des patients dans de bonnes conditions. D'autant que la consultation du Dossier Pharmaceutique Partagé, qui permet aux pharmaciens de garantir des soins pharmaceutiques de qualité optimale, s'appuie également sur la plate-forme eHealth.

Sur le site Pharmacie.be une information succincte rappelle au grand public dans quels cas de figure les pharmaciens peuvent être amenés à demander au patient le prix plein pour les médicaments prescrits par son médecin.​

Pour plus d'infos

Les porte-parole de l'APB se tiennent à la disposition de la presse pour toutes informations complémentaires :


 

Voir aussi

  • Les pharmaciens sont en première ligne

    Lettre ouverte aux autorités féderales, régionales et communales

    En savoir plus

  • CORONAVIRUS : Pour assurer une dispensation des médicaments sûre pour tout le monde, respectez les recommandations affichées dans les pharmacies

    Dans le cadre des recommandations formulées par les autorités visant à limiter au maximum les contacts afin de freiner la propagation du coronavirus au sein de la population, l’Association Pharmaceutique Belge demande à toute personne porteuse de symptôme

    En savoir plus

  • Enceinte ou envie de l’être ? Dites-le à votre pharmacien !

    En matière d’accompagnement des femmes enceintes, qui souhaitent l’être ou qui allaitent, et qui ont besoin de médicaments ou d’autres produits de santé, on peut mieux faire. Pour pouvoir offrir cet accompagnement à leurs patientes, les pharmaciens...

    En savoir plus