Continuer à travailler en sécurité

Coronavirus (COVID-19): Testing & tracing

​​​​​TESTING

Autotests

Comme son nom l'indique, l'autotest est un test qu'une personne peut réaliser elle-même à domicile, sans intervention d'un professionnel de la santé pour prélever l'échantillon ou interpréter le résultat.

"La vente d'autotests détectant les anticorps contre le nouveau coronavirus (SARS-CoV-2) n'est plus interdite depuis le 19 septembre 2020 », a indiqué lundi, dans un communiqué, l'AFMPS, qui avertit toutefois les utilisateurs qu'il existe d'importantes réserves tant sur les résultats négatifs que sur les résultats positifs. Ces autotests peuvent donner aux utilisateurs un faux sentiment de sécurité ou leur causer une anxiété inutile." Et l'Agence de préciser: "Des tests contrefaits, des tests dont la fiabilité n'a pas été prouvée et des tests qui ne sont pas destinés à être utilisés sans l'intervention d'un professionnel de la santé circulent sur Internet. Si vous souhaitez acheter un autotest, faites-le par l'intermédiaire d'une source fiable telle que votre pharmacien. " (outre son communiqué, l'Agence a également publié des "Questions et réponses sur les autotests détectant les anticorps contre le nouveau coronavirus (SARS-CoV-2)")​

Tests de détection rapide

Les tests certifiés actuellement disponibles, et qui vous sont proposés à l'achat, sont des tests sérologiques et antigéniques de détection rapide qui nécessitent l'intervention d'un professionnel de la santé. ​

Depuis fin ​​décembre, les pharmacies ne peuvent plus vendre de tests antigéniques rapides. Et ce, ni aux particuliers (ce qui est logique puisque ces tests ne leur sont pas destinés), ni aux professionnels de la santé habilités à les utiliser (ce qui est totalement incompréhensible puisque certains professionnels –médecins généralistes, maisons de repos…– font appel aux pharmacies pour s’approvisionner). ​

Comment distinguer un test de détection rapide d'un autotest?​

Contrairement aux tests de détection rapide, la validation des autotests doit se faire par l'entremise d'un organisme de certification agréé ("notified body"). Tout autotest certifié doit donc comporter, à côté de son marquage C E, une série de 4 chiffres permettant d'identifier l'organisme responsable de sa certification. (Notez qu'un test rapide doit également comporter un marquage CE garantissant sa certification, mais comme l'entreprise autocertifie son test, il n'y a pas 4 chiffres à côté de ce marquage.)

Un exemple concret vous est donné dans l'article ci-dessous. Le mode d'emploi que contient l'autotest recommande à la personne de consulter son médecin en cas de réponse positive. Cette mention est évidemment absente des modes d'emploi des test rapides.

Dans cet article, vous trouverez également une réponse aux questions suivantes: quels sont l'utilitéle groupe cible et les modalités pratiques des différents types de tests existants? Dans quelle mesure la pharmacie ouverte au public peut-elle devenir un "point de test"?

Dépistage du COVID-19 en​ pharmacie​ (Docu 07/01/20)​

Testing COVID-19: les pharmaciens proposent leur soutien dans la gestion de la crise (APB 03/11/20)

Coronavirus : les autotests ne sont plus interdits, mais l'AFMPS met en garde contre une mauvaise interprétation du résultat (AFMPS 21/09/20)​​


 

TRACING​

Tracing : suivi des contacts

Si la mesure est nouvelle dans le cadre de la lutte contre la pandémie actuelle, cette méthode de suivi, comme nous le rappelle l'AVIQ sur son site web, ne l'est pas puisqu'elle "est utilisée mondialement pour limiter la propagation de certaines maladies comme la rougeole ou la méningite." Dans ce cas-ci, il s'agit de "rechercher avec qui les porteurs du Covid-19 ont été en contact. Pour repérer ces personnes, nous devons pouvoir les informer qu'elles ont été en contact avec un porteur du virus. Chacun peut ainsi faire particulièrement attention à appliquer les gestes barrières et les mesures de prévention dont l'isolement et contribuer ainsi à ralentir la propagation." En Wallonie et à Bruxelles, le suivi des contacts est géré, respectivement, par l'AVIQ et la Commission Communautaire Commune (COCOM). Depuis ce lundi 11 mai, sa réalisation concrète a été confiée à un groupement de mutualités associé à des opérateurs spécialisés.

Matériel d'information

Afin d'informer le grand public sur les modalités pratiques du suivi des contacts, les autorités ont développé du matériel téléchargeable sur le site web fédéral Info-coronavirus.be/fr/suividescontacts/ ou le site web de l'AVIQ Suividescontacts.aviq.be/. Outre 3 affiches au format A4 –"C'est quoi le suivi de contact et pourquoi ça me concerne même si je n'ai pas de symptômes?", "C'est quoi le suivi de contact? Pourquoi ça me concerne si j'ai des symptômes?", "Quand et pourquoi un agent de prévention peut se présenter à mon domicile?"–, l'AVIQ met également à disposition 3 courtes vidéos explicatives. Tout ce matériel d'information sera également relayé via Pharmacie.be et sa page Facebook.​

Encore une mission de plus pour le pharmacien?

Non! Mais comme vous êtes une source d'information fiable pour nombre de vos patients, il y a fort à parier que certains vous poseront des questions à ce sujet… Le matériel présenté ci-dessus pourra vous aider à y répondre ou à référer vos patients vers les sites ad hoc.


 


  • © Copyright 2021
  • Association Pharmaceutique Belge
  • All rights reserved
  • Mentions légales