Actualités

Les enjeux de la collaboration entre le médecin généraliste & le pharmacien de référence

La collaboration interdisciplinaire entre le médecin généraliste et le pharmacien de référence bénéficie d'une attention croissante dans les différentes régions du pays, de par les évolutions récentes dans l'organisation et la structuration de la 1e ligne de soins (par ex. rôle majeur dévolu à Brusano dans le plan santé bruxellois, développement des zones de 1e ligne en Flandre, revendications de la PPLW (Plateforme de la Première Ligne Wallonne)). Une attention plus que jamais bienvenue puisqu'une bonne collaboration entre ces 2 prestataires clés de la 1e ligne peut avoir un impact majeur sur la santé et la qualité de vie de l'immense majorité des patients chroniques qui sont encore pleinement autonomes. Bien menée, cette collaboration permet, en effet, de retarder l'évolution vers la perte d'autonomie liée à la dégradation de la pathologie chronique.

Dans une vidéo réalisée par la Société Scientifique de Médecine Générale (SSMG) en partenariat avec l'APB, notre président, Alain Chaspierre, rappelle que la collaboration, centrée notamment sur le suivi de la médication, s'appuie nécessairement sur les compétences et les atouts de chacun. A cet égard, le potentiel du pharmacien de référence, accessible et proche de la population, reste actuellement sous-exploité. Pour preuve, le rôle prometteur qu'il peut jouer par exemple dans le dépistage de maladies chroniques telles que le diabète.


 

Voir aussi

  • Vaccination saisonnière: les pharmaciens sensibilisent à nouveau les groupes vulnérables

    Ce 16 octobre marque le lancement de la campagne annuelle de promotion de la vaccination antigrippale. En tant que prestataire de soins de première ligne accessible, le pharmacien occupe une place privilégiée pour informer les patients.

    En savoir plus

  • Indisponibilités: réduire les problèmes par des solutions pragmatiques!

    Par l’entremise de Koen Straetmans, l’APB est une nouvelle fois montée au créneau pour réclamer la mise en œuvre de solutions susceptibles de réduire l’impact négatif des indisponibilités de médicaments sur la pratique officinale.

    En savoir plus

  • Bugdet approuvé par le Comité de l’assurance, mais…

    Le Comité de l’assurance de l’INAMI a approuvé très largement la proposition de budget des soins de santé pour 2020, soit 27,6 milliards d’euros. Mais “ce budget [est] nettement insuffisant pour couvrir tous les besoins.”

    En savoir plus