Actualités

Une base solide pour la concertation médicopharmaceutique

L'arrêté royal encadrant la concertation médicopharmaceutique (CMP) est paru ce lundi 20 avril au Moniteur. Une nouvelle réunion avec les associations de médecins est prévue dans les prochaines semaines pour faire avancer le projet d'asbl commune aux deux professions.

Avant de fixer "les conditions et les modalités de la mise en oeuvre de la concertation médico-pharmaceutique", l'arrêté royal publié ce lundi 20 avril au Moniteur en définit l'objet principal, à savoir: "optimaliser les soins dispensés au patient, grâce à la coordination des missions respectives des médecins et des pharmaciens en matière de prescription, de délivrance rationnelles et d'une utilisation sans risque des médicaments."

Qui dit concertation, dit réunions locales

Cette collaboration pluridisciplinaire, précise l'AR, doit se dérouler "par le biais de réunions locales au cours desquelles les médecins et les pharmaciens présents participent à un dialogue constructif". Sur quels thèmes? L'AR en fournit une liste non limitative. On y retrouve notamment la maîtrise des risques (interactions, automédication, substitution), la prescription rationnelle des médicaments, les problèmes liés à la polymédication ou la promotion de la compliance thérapeutique. "La discussion, ajoute encore l'AR, porte avant tout sur les difficultés qui sont rencontrées dans la pratique, et sur les solutions qui sont envisageables. Des recommandations visant à mettre en oeuvre les solutions proposées sont, autant que possible, adoptées au terme de chaque réunion."

Un soutien financier

Comme nous l'avions déjà annoncé, un budget sera alloué chaque année pour soutenir l'organisation de projets locaux. Un montant de 980.000 euros sera ainsi distribué entre ces projets, à raison de 2.500 euros par projet. Dix "quality awards" de 2.000 euros seront également décernés chaque année afin de récompenser les meilleurs d'entre eux.

Un encadrement par les associations représentatives

L'AR indique par ailleurs que des programmes de promotion de la qualité peuvent être proposés par les organisations représentatives des deux professions ainsi que par les autres intervenants en matière de formation, et ce, "en vue du soutien (facultatif) de la concertation médico-pharmaceutique locale". C'est à ce niveau-là qu'intervient le projet initié par l'APB de créer une asbl commune aux deux professions - une structure qui leur permettra de parler d'une seule voix en matière de concertation médicopharmaceutique. Pour l'heure, la réflexion autour du projet se poursuit. Une nouvelle rencontre avec les différentes organisations représentatives des médecins aura d'ailleurs lieu à l'APB dans les semaines qui viennent.

Une base solide

L'APB se réjouit de la publication de ce nouvel AR qui constitue une base solide sur laquelle va, enfin, pouvoir se construire une véritable concertation avec les médecins, à savoir une concertation concrète et pratique axée sur les problèmes rencontrés sur le terrain, au niveau local.

 

Voir aussi

  • Participez à l’eHealthMonitor 2019

    Partagez vos connaissances et votre utilisation des applications numériques dans le secteur des soins de santé et remportez l’un des nombreux prix d’une valeur de 4000€.

    En savoir plus

  • Gardes en pharmacie: qu’est-ce qui change?

    Jeudi dernier est paru au Moniteur belge l'arrêté royal qui réforme la rémunération du service de garde des pharmaciens.

    En savoir plus

  • Vaccination saisonnière: les pharmaciens sensibilisent à nouveau les groupes vulnérables

    Ce 16 octobre marque le lancement de la campagne annuelle de promotion de la vaccination antigrippale. En tant que prestataire de soins de première ligne accessible, le pharmacien occupe une place privilégiée pour informer les patients.

    En savoir plus