Actualités

les protestations ont fait plier Juncker

Jean-Claude Juncker renonce à son projet de transférer les compétences liées aux médicaments de la DG Santé et Protection des consommateurs vers la DG Industrie et Marché Intérieur. Le président élu de la future Commission européenne fait machine arrière face à la vague de protestations soulevée par un large collectif d'associations et d'organisations actives dans le domaine de la santé. L'APB, qui s'était rapidement mobilisée, avait notamment interpellé, par voie de lettre ouverte, les coformateurs du gouvernement et l'ensemble des eurodéputés belges : « Les médicaments ne sont pas de simples produits de consommation et doivent rester du seul ressort de la DG Santé. »

 

Le prédécesseur de Jean-Claude Juncker, José Manuel Barroso, avait décidé, il y a cinq ans, de regrouper l'ensemble des compétences liées aux produits de santé et à l'Agence européenne du médicament (EMA) au sein de la DG Santé et Protection des consommateurs. La décision du nouveau président de la Commission européenne de revenir à la situation antérieure avait déclenché, il y a quelques semaines, une tempête de protestations. Un large collectif d'associations et d'organisations actives dans le domaine de la santé, dont le GPUE (Groupement Pharmaceutique de l'Union Européenne) avait immédiatement contesté cette décision en adressant une lettre ouverte à Jean-Claude Juncker.

 

De son côté, l'APB avait également pris l'initiative d'interpeller les coformateurs du gouvernement fédéral, les eurodéputés belges ainsi que les commissaires européens belges (l'actuel et son successeur). Dans une lettre ouverte, nous leur demandions de mettre tout en œuvre pour faire annuler cette décision du nouveau président de la Commission. « Les médicaments et produits assimilés ne sont pas – et ne devraient pas être considérés – comme n'importe quel autre produit du marché intérieur parce qu'ils soignent et contribuent à maintenir ou à protéger la santé des personnes. (…) Le changement proposé par la Commission européenne envoie certainement un mauvais signal aux citoyens européens et aux patients qui vont comprendre que les intérêts économiques passent avant leur santé. »

 

Le fait que Jean-Claude Juncker renonce à son projet est une très bonne chose. Ce transfert de compétences au sein de la Commission européenne aurait constitué un retour en arrière inacceptable. Comme l'a formulé notre future ex-ministre de la santé Laurette Onkelinx, c'est « une grande victoire pour tous les patients européens. »

 

 

Voir aussi

  • Participez à l’eHealthMonitor 2019

    Partagez vos connaissances et votre utilisation des applications numériques dans le secteur des soins de santé et remportez l’un des nombreux prix d’une valeur de 4000€.

    En savoir plus

  • Gardes en pharmacie: qu’est-ce qui change?

    Jeudi dernier est paru au Moniteur belge l'arrêté royal qui réforme la rémunération du service de garde des pharmaciens.

    En savoir plus

  • Vaccination saisonnière: les pharmaciens sensibilisent à nouveau les groupes vulnérables

    Ce 16 octobre marque le lancement de la campagne annuelle de promotion de la vaccination antigrippale. En tant que prestataire de soins de première ligne accessible, le pharmacien occupe une place privilégiée pour informer les patients.

    En savoir plus