Testing Covid

Voyageurs et testing

Article publié le 16 juin 2021

À partir du 1er juillet, tous les pays de l'UE utiliseront le certificat numérique européen COVID. Celui-ci prouvera qu​'une personne a été entièrement vaccinée contre la COVID-19, qu'elle a été testée négative au coronavirus ou qu'elle a guéri de la COVID-19 (min. 11 jours après un test COVID-19 positif et jusqu'à max. 180 jours, à compter de la date de la réalisation du test). Toute personne disposant d'un certificat numérique COVID valide pourra donc voyager librement dans les pays de l'Union européenne. C'est en tout cas le principe de base… Mais certains États membres peuvent imposer des conditions supplémentaires. Mieux vaut donc vérifier à l'avance quelles sont les conditions de voyage dans le pays de destination ou dans les pays que vous traversez. Vous pouvez le faire sur diplomatie.belgium.be ou sur le site de Reopen.Europa.   

Pour prouver que vous n'avez pas la COVID-19, vous devez actuellement passer un test dans un centre de dépistage ou chez un médecin. Pour les enfants et les adolescents âgés de 6 à 17 ans et pour les adultes qui n'ont pas encore eu l'occasion d'être complètement vaccinés, le coût du test PCR est remboursé à hauteur de 55 € maximum. Cette intervention financière peut être utilisée au maximum deux foisentre le 1er juillet et le 30 septembre

  • Les autotests (même lorsqu'il s'agit au départ de tests rapides) ne sont pas valables pour les voyages.
  • Il appartient au voyageur de vérifier quel test est requis pour la destination choisie.
  • Les tests rapides, qui peuvent être vendus en pharmacie (uniquement) aux professionnels de la santé, sont suffisants pour certaines destinations (comme l'Espagne actuellement), à condition qu'ils soient effectués par un médecin et enregistrés dans la base de données de Sciensano.
  • Il n'est pas permis de vendre un test rapide à un citoyen qui irait ensuite chez son médecin pour se faire tester.
  • Les pharmaciens ne sont actuellement pas autorisés à réaliser des tests rapides auprès des voyageurs. 

Pourquoi les autotests qui sont au départ des tests rapides ne peuvent-ils pas être utilisés pour les voyageurs?

  • Le prélèvement et le traitement du test réalisés par un citoyen sont moins fiables.
  • Un citoyen ne peut pas enregistrer son résultat dans la base de données de Sciensano.
  • Un document qui serait créé par un citoyen ou par son pharmacien n'a aucune valeur juridique.
  • L'écouvillon dans l'emballage d'un autotest est un écouvillon épais prévu pour un prélèvement peu profond dans le nez ou un prélèvement combiné peu profond dans le nez et la gorge. Un médecin ne peut donc pas utiliser un autotest comme si c'était un test rapide, même si la cassette de test est souvent identique. En outre, lors de l'enregistrement du résultat du test dans la base de données de Sciensano, le médecin doit indiquer le CNK du test rapide utilisé. Le CNK d'un autotest posera problème puisqu'ils ne sont pas autorisés en tant que tests rapides.
  • Le site web de l'AFMPS fournit une liste des tests rapides approuvés​ et indique quel prélèvement est nécessaire pour répondre à la sensibilité et à la spécificité demandées. 


  • © Copyright 2021
  • Association Pharmaceutique Belge
  • All rights reserved
  • Mentions légales