Communiqués de presse

La pharmacie en danger

Ce 26 avril, les enseignes des pharmacies belges
resteront éteintes

Une action de mobilisation du secteur en guise de protestation contre les mesures sévères prises par le gouvernement

Bruxelles, le 25 avril 2012  – Le courant ne passe plus entre les pharmaciens belges et le gouvernement depuis l'annonce des nombreuses mesures d'économies qui affecteront le secteur. L'APB, l'association des pharmaciens belges, est inquiète, car ces mesures sont disproportionnées et risquent de porter atteinte au rôle de conseiller du pharmacien en matière de santé et de nuire à la qualité, la continuité et l'accessibilité des soins pharmaceutiques dispensés aux patients.

Chaque jour en Belgique, 1 Belge sur 20 entre dans une pharmacie, que ce soit pour se procurer les médicaments prescrits par son médecin ou pour des conseils de santé. Le pharmacien est un acteur de proximité très accessible et doté de compétences uniques. Mais aujourd'hui, la pharmacie belge est en danger. C'est pourquoi les pharmaciens ont décidé de se mobiliser autour d'une action visuelle et symbolique, qui ne prendra toutefois pas les patients en otage. Ce 26 avril, les enseignes vertes, emblème officiel des pharmacies, resteront éteintes. Le fonctionnement des pharmacies ne sera en rien perturbé par cette action, et la population sera clairement informée par le biais d'une affiche et d'un dépliant explicatif qui sera remis à toutes les personnes qui se rendront en pharmacie.

« Par cette action, explique Filip Babylon, le président de l'APB,  nous voulons envoyer un message d'alerte au gouvernement. Nous avons fait beaucoup de propositions alternatives, qui n'ont pas été retenues. Les nouvelles mesures nous ont été imposées sans réelle concertation. Elles mettent en péril la qualité des soins en officine et l'avenir de la pharmacie en Belgique. Nous souhaitons  avoir une consultation constructive avec la Ministre de la Santé et ainsi renouer le dialogue positif qui avait notamment présidé à la reconnaissance officielle et au déploiement des soins pharmaceutiques dans notre pays. Nos efforts, soutenus par les autorités parce qu'ils apportent une plus-value à la Santé Publique, risquent aujourd'hui d'être réduits à néant.»

Le contexte et les mesures actuelles expliquées :

En 2012, tout le monde doit économiser. Le pharmacien veut contribuer à l'effort budgétaire tout en évitant de mettre en péril son rôle de conseiller et la qualité de ses services. En d'autres termes, les pharmaciens sont d'accord d'apporter une contribution équitable aux soins de santé, mais refusent de faire des concessions par rapport à la qualité, la continuité et l'accessibilité des soins pour la population.

Les nouvelles mesures adoptées à la hâte (substitution obligatoire et délivrance du médicament le moins cher par exemple) génèrent non seulement le chaos en pharmacie, mais aussi la confusion parmi les médecins. Malheureusement, la première victime est le patient, et ceci nous interpelle.

Dans le contexte actuel, le pharmacien se voit obligé de réduire le temps qu'il peut consacrer au conseil et au suivi de ses patients. Car les mesures gouvernementales imposent de nouvelles obligations administratives et rendent la gestion logistique de l'officine encore plus complexe.

Les mesures d'économies conduiront aussi inexorablement à des licenciements et à la disparition accélérée de pharmacies, ce qui va encore accentuer le problème. Or il est primordial de préserver un lieu où chaque citoyen a facilement accès aux soins et aux médicaments dont il a besoin, tout en bénéficiant des conseils essentiels à leur bon usage.

Face à cette évolution inacceptable, les pharmaciens représentés par l'APB exigent aujourd'hui de la part des autorités une concertation constructive et des solutions durables. Ils ne peuvent croire que les engagements mutuels antérieurs puissent ainsi être relégués aux oubliettes. Ils appellent dès lors le gouvernement à renouer le dialogue afin de redonner un avenir à la pharmacie d'officine. Les patients le méritent et c'est pourquoi les pharmaciens vont 'éteindre aujourd'hui pour y voir clair demain!

Téléchargez ici le dossier complet

 

Voir aussi

  • Grippe & pneumocoques: les pharmaciens belges se mobilisent pour sensibiliser les personnes à risque

    La grippe et les infections liées aux pneumocoques sont des maladies graves contre lesquelles la vaccination apporte une protection efficace. Cet automne, les pharmaciens belges vont à nouveau se mobiliser pour sensibiliser la population.

    En savoir plus

  • Pharmacien de référence: pour un meilleur suivi des patients chroniques

    Depuis ce 1er octobre, dans toutes les pharmacies de Belgique, les patients atteints de maladie chronique peuvent choisir un pharmacien de référence...

    En savoir plus

  • Grippe & pneumocoques: les pharmaciens belges se mobilisent pour sensibiliser les personnes à risque

    Aujourd’hui encore, la grippe et les maladies liées aux pneumocoques représentent un problème majeur de santé publique. Mieux informer la population, en particulier les groupes à risque, peut contribuer à résoudre le problème...

    En savoir plus